Une version PRO pour la Xbox Series X et la PlayStation 5 ?

0
27

La génération actuelle a connu des machines mid-gen, plus puissantes, afin de répondre à une demande à un moment où les écrans 4K commençait à s’installer dans les foyers. Il était donc nécessaire de proposer des produits plus performants de manière à faire tourner les jeux et les vidéos dans ces hautes résolutions. Logiquement, se pose la question d’une telle évolution pour la nextgen d’ici quelques années.

PlayStation 3 FAT, Slim et Ultra Slim

De nouveaux usages

Lors de la sortie de la Xbox One et de la PlayStation 5, le parc installé d’écrans 4K était encore négligeable. Ce genre de téléviseurs sont réellement apparu un peu plus tard et sans contenus réellement disponibles. Si sur PC ces hautes résolutions commençaient à être utilisées chez les hardcore gamers, on ne peut pas en dire autant du grand public. L’avènement des services de streaming comme Netflix et la démocratisation des Bluray UHD ont participé au développement de ces fameux écrans 4K, il était donc nécessaire de proposer des consoles capables de s’y adapter.

C’est en toute logique que les constructeurs proposeront alors la Xbox One X et la PlayStation 5 Pro. Du côté de chez Sony, c’est aussi la réalité virtuelle qui a incité à faire évoluer leur machine. Le PS VR étant un peu à l’étroit sur les PlayStation 5 Slim, il devenait urgent de proposer une meilleure expérience pour leur casque de réalité virtuelle. Il n’y a pas vraiment eu un gap générationnel avec ces nouvelles consoles, juste une puissance réajustée pour répondre à une demande croissante de contenus 4K.

La next gen en 8K ?

Si vous faites un tour dans le rayon téléviseur de n’importe quel supermarché ou dans les boutiques spécialisées, vous constaterez une chose, la 4K est désormais, plus ou moins, la norme. Changer d’écran aujourd’hui, c’est passer à la ultra haute définition. Bien que l’on en trouve encore qui propose du 1080p, c’est clairement un format en voie de disparition. Il était donc tout à fait naturel que les consoles nextgen propose ces résolutions. Même si l’on ne parle pas forcément de 4K native, les technologie de type DLSS ou RIS permettent, grâce à l’intelligence artificielle, d’upscaler les images qui sont assez difficiles à identifier pour la plupart des gens. La vérité, c’est que si vous n’êtes pas le nez collé à votre écran, vous ne ferez pas la différence avec de la 4K native.

Ces nouvelles technologies en terme de software font réellement des miracles et permettent de limiter les coûts sur les GPU. C’est tout à fait le cas sur PC, je vous en avais d’ailleurs déjà parlé dans un autre article sur les nouvelles cartes graphiques. Ce qu’il faut surtout retenir, c’est qu’avec une puce un peu moins puissante, on peut obtenir des résultats équivalents aux hauts de gamme. Autant le dire tout de suite, la Xbox Series X et la PlayStation 5 risque d’être là pour un long moment. Si la vente d’écrans 4K est en croissance, ils sont loin d’être présents dans tous les foyers. Ces machines sont donc plus ou moins “future proof”.

La 8K existe mais les tarifs sont encore prohibitifs. Un simple tour sur Amazon pour se rendre compte qu’il faudra, au moins, débourser 4000€, autant dire que c’est encore un marché de niche. D’autant plus que l’on commence à peine à proposer des contenus 4K, doubler la résolution à l’heure actuelle n’a pas réellement de sens. Un choix peu pertinent pour le consommateur qui risque de voir son écran devenir obsolète lorsque ces résolutions seront la norme. On se rappelle la débâcle des écrans “HD Ready”, à l’époque. Il faut aussi ajouter à cela que streamer des contenus 8K demande une bande passante importante et tout le monde est loin d’avoir ce genre de débit à la maison. Du côté gaming, il faudra se tourner vers le PC équipé de cartes graphiques très véloces, elles aussi, onéreuses. On parle d’une installation qui pourrait coûter dans les 10000€. Clairement, ça n’est pas pour tout le monde.

Le point de vue des constructeurs

Si du côté de Sony, on ne répond plus aux questions des consommateurs depuis longtemps. Par contre du côté de chez Microsoft, Phil Spencer (responsable de la branche Xbox), a précisé que la 8K n’était pas dans les projets de la marque. Préférant se consacrer à la 4K qui s’installe petit à petit. Un point de vue logique surtout que l’on ne sait pas réellement si la 8K pourrait réellement intéresser le marché de masse. En tout cas, à l’heure actuelle, le sujet n’est pas sur la table et c’est tout à fait compréhensible. Une Xbox Series X “Pro” ne semble pas être au programme, la machine étant déjà capable de faire tourner les jeux et les vidéos dans des résolutions qui ne représentent pas la majorité du parc installé. Très clairement, nous sommes en face de machines qui sont déjà prêtes pour l’avenir. La question de machines mid-gen ne semble donc pas se poser. Idem du côté de chez Sony.

Bien que cela ne semble pas très pertinent de proposer des consoles plus puissantes dans quelques années et le fait que ça n’est pas sur le hardware que les constructeurs font le gros de leur business, on peut légitimement se demander s’il y aurait un réel intérêt à proposer des machines plus puissantes à l’avenir. Certes, on peut imaginer de la 4K native mais c’était sans compter sur les technologies d’upscaling qui font très bien le job. Sur ce point, on peut aussi imaginer que du côté logiciel, on pourrait voir des évolutions et des optimisations qui pourraient permettre d’aller plus loin. Pour le moment, la course à la puissance n’a pas réellement de sens. C’est assez vrai sur PC également. Une chose à prendre en compte, également, ce sont les SSD qui sont maintenant capables de communiquer directement avec le mémoire du GPU. Techniquement, il reste très possible d’optimiser un jeu avec cette technologie sans avoir recours à plus de puissance de calcul.

De nouvelles versions possibles ?

Depuis toujours, Sony a décliné ses machines en plusieurs versions. L’idée étant, bien entendu, de réduire les coûts de production. On l’a vu avec la PlayStation 2 et la PlayStation 3 qui, en fin de gen, sont devenues très abordables. Xbox leur a aussi emboité le pas avec avec la Xbox One S, un peu plus petite et moins chère que l’originale. Je pense que c’est plus du côté “form factor” que ces machines risquent d’évoluer. D’autant plus qu’en terme d’encombrement, les consoles nextgen sont réellement imposantes. Imaginer des modèles plus petits reste envisageable afin de mieux s’intégrer dans nos meubles de salon. On ne va pas se mentir et à part pour la Xbox Series S, ces machines sont beaucoup trop volumineuses. Il y a un vrai travail à faire sur cette question et il est fort probable que l’on voit apparaitre sur le marché du hardware plus compact.

Toutefois, il reste difficile d’imaginer que ces “V2” puissent embarquer de nouveaux GPU. Un choix qui serait un véritable casse-tête pour les développeurs qui devraient proposer leurs jeux pour plusieurs plateformes. Si pour la génération précédente, il était essentiel de faire évoluer les produits, ça ne semble plus obligatoire aujourd’hui. La technologie évolue certes de plus en plus vite mais à moins d’une révolution, il est peu probable que l’on puisse voir des déclinaisons “PRO” des PlayStation et Xbox. Bien que l’on ne sache pas réellement ce qui se prépare dans les services de R&D de ces constructeurs, dans l’état actuel des choses, il ne semble pas pertinent d’imaginer des machines plus puissante puisque les modèles proposés aujourd’hui semblent capables de s’adapter à l’avenir du marché. Encore une fois, du côté logiciel, il est possible que des évolutions apparaissent. C’est le pari de Nvidia et il y a des chances qu’AMD leur emboite le pas.

Concrètement, la Xbox Series X et la PlayStation 5 semble vouloir s’installer sur du long terme et s’il reste possible que des versions plus puissantes puissent voir le jour, pour la plupart des joueurs cela ne semble pas avoir un grand intérêt. Seul l’avenir nous le dira mais vous pouvez vous lancer dans la nextgen sans regret si vous êtes impatient. D’éventuelles machines restylées n’apparaitront pas sur le marché avant quelques années, autant le dire tout de suite : le futur, c’est maintenant.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here