TikTok : dans l’enfer du réseau social le plus populaire du moment

0
48

Si certains d’entre nous ont connu le web avant les réseaux sociaux puis l’émergence du phénomène avec MySpace puis Facebook, les choses changent vite. Trop vite même. Très prisé par la génération Z, TikTok est en passe de devenir leur réseau social de prédilection. Comme on ne souhaite pas mourir idiot, on a décidé d’explorer cette plateforme en détail.

TikTok

La vidéo, le nouveau format web

Au début d’Internet, c’était l’image et le texte qui prédominait. On a rapidement assisté à la naissance des blogs et d’un certain vent de liberté pour de nombreuses communautés marginales. L’Homme est un animal social et il semblait évident que le web allait devenir un outil lui permettant de communiquer avec ses congénères. La vidéo aura mis du temps à se développer tant les infrastructures étaient limitées en terme de débit. De nos jours, on peut consulter ces médias très lourds n’importe où avec le développement de la mobilité. Une mobilité qui est devenue la norme, à tel point que la majorité des consultations de ces médias en ligne se font sur smartphone. De nos jours, il semble impensable d’imaginer un nouveau service sans prendre en compte ce facteur. TikTok répond à une certaine demande d’une génération qui veut consommer rapidement de la vidéo.

Si au début du web on était assez réticents à se montrer en ligne, l’évolution des mentalités a fait qu’il est très courant de partager des choses publiquement. Aujourd’hui, on communique avec la vidéo et ça, la plateforme chinoise développée par ByteDance l’a très bien compris. Tout est pensé pour que la consultation et la création soient simples. Il suffit de lancer l’application pour faire ses premiers pas et découvrir ce qui s’y passe. Avec son système de swipe vertical, d’un simple geste on peut passer d’une vidéo à une autre. Si cela peut paraitre anodin, c’est un excellent moyen pour que l’algorithme comprenne ce que vous aimez et ce qui ne vous intéresse pas. Encore une fois, on se créé rapidement sa petite bulle. Le réseau sait cerner les profils et leur propose des choses très pertinentes à force d’utilisation.

Facebook est ringard

Pour avoir personnellement connu toute l’évolution des réseaux sociaux, une chose est certaine, un pionnier comme Facebook a une image vieillissante tout comme son audience. On comprend mieux pourquoi cette société s’est grandement diversifiée ces dernières années. Twitter quant à lui a su s’imposer comme une plateforme d’information et de réaction à l’actualité dans le monde. Un position qui a attiré de nouveaux médias d’informations et des journalistes. Finalement, il n’existait pas grand chose pour la nouvelle génération qui devait faire avec ce qui existait déjà et qui ne répondait pas forcément à leurs attentes. C’est là où TikTok a eu le nez fin en offrant une plateforme qui allait donner aux jeunes Internautes des outils plus adaptés à ce qu’ils cherchaient.

Très clairement, l’audience y est assez jeune mais on y trouve tout de même des personnes de toutes générations. En tout cas, des personnes curieuses de rester connectées avec le monde actuel. De ce que l’on a vu, ça se vanne entre générations dans une ambiance plutôt bon enfant. Selon les sujets qui vous intéressent, vous aurez vite fait de trouver des gens qui ont les mêmes passions et/ou les mêmes centres d’intérêts. On aime assez ce concept de carrefour des générations pour peu que les plus anciens d’entre vous s’y penchent un peu. Pour ma part, c’est un excellent moyen de comprendre les attentes et les problématiques de la jeunesse actuelle. En s’enfermant sur Facebook, par exemple, on passe totalement à côté de tout cela.

Humour, sujet de société et procrastination

La simplicité d’utilisation de TikTok rend son exploration relativement agréable. Relativement car vos débuts ne seront pas forcément très glorieux. Lorsque la plateforme ne vous connait pas encore bien, elle vous proposera les contenus « populaires ». Pas mal de mini-sketch et des choses façon « Vidéo Gag » sans grand intérêt. A force de zapper et de s’attarder sur ce qui nous intéresse, les contenus proposés sont de plus en plus pertinents. En quelques jours, nous avons pu trouver des utilisateurs qui parlent de féminisme, de jeux vidéo, de musique et ce genre de choses. Des thématiques qui nous intéressent finalement. C’est assez incroyable comment cette plateforme arrive à profiler les personnalités des gens (ce qui a aussi un petit côté inquiétant).

Selon les envies du moment, l’algorithme sait s’adapter rapidement et c’est très efficace. La communauté y est très active et très engagée. Rien à voir avec un Twitter où pour se faire entendre, il faut faire beaucoup de bruit. Vos publications sont présentées à de nombreuses personnes et en fonction de leur accueil elle peuvent devenir très populaire et générer beaucoup d’engagement. Même sur des sujets de niche. Un fonctionnement très intéressant notamment pour certaines minorités qui peuvent se retrouver simplement. Mine de rien, si le concept semble assez simple et plus ou moins éprouvé, dans son fonctionnement TikTok est assez complexe et arrive réellement à être pertinent. Malheureusement comme la plupart des systèmes algorithmiques, on est vite enfermé dans sa bulle de pensée mais c’est assez inhérent aux réseaux sociaux.

Exister en ligne et culture du like

TikTok est clairement une plateforme pour « se montrer ». Si certains ont beaucoup de chose à dire, d’autres sont juste là pour passer un bon moment, pour lancer une petite vanne ou danser sur de la musique qu’ils aiment. De quoi créer des liens entre personnes dans une société qui ne favorise peut être plus les rencontres dans le monde réel. L’isolement et la solitude ne sont pas des sujets nouveaux mais cette plateforme, bien que ce ne soit pas la solution idéale, permet de se retrouver et d’échanger. Il y a aussi très souvent une certaine légèreté dans les publications qui permettent aussi d’oublier la réalité d’une société pas toujours très fun. C’est d’autant plus vrai pour cette nouvelle génération qui va devoir faire avec toutes les erreurs qu’ont commises les précédentes.

Être populaire sur TikTok, c’est avoir beaucoup d’abonnés et de nombreux likes. Une sorte de reconnaissance sociale qui permet de montrer à son entourage à quel point on peut être apprécié. Une reconnaissance qui est importante lorsque l’on est assez jeune avec tout ce que cela peut avoir de négatif si la communauté n’apprécie pas vos contenus. Issu de la génération Y, on a assez de recul sur ça mais il faut bien comprendre que cela peut être très important pour des personnes en phase de construction. Comme partout, on peut faire face à des commentaires très négatifs et il n’est pas impossible de sombrer dans le côté obscure du réseau. Si dans l’ensemble l’ambiance y est plutôt bonne, il faut bien garder en tête que les insultes et autres harcèlements en ligne restent possibles.

Participer sur TikTok, c’est faire partie d’une tribu finalement. Et on comprend que les plus jeunes veulent faire partie de ce mouvement.

Une petite révolution numérique ?

Fruit du hasard ou stratégie bien pensée ? Difficile de dire ce qui a permis à TikTok de s’imposer de cette manière mais il est évident qu’ils ont apporté à cette génération quelque chose que les autres réseaux sociaux n’offraient pas. De la visibilité, des connexions pertinentes avec d’autres personnes et une certaine liberté. Bien que la censure y soit très violente, un des points les plus négatifs car c’est une génération qui a envie de s’assumer pleinement sur toutes ces questions de genres et d’orientations. Si ça n’est pas toujours le meilleur endroit pour se faire une éducation mais c’est l’un des rares endroits où la génération Z peut échanger sur ces sujets sans être pris à partie par des boomers complètement déconnectés du monde qui les entoure. Certains créateurs tentent tout de même d’aborder la question.

Il faut bien garder en tête que c’est un réseaux social chinois et la culture n’y est pas forcément la même qu’en Occident. La modération n’est pas aussi complaisante qu’ailleurs bien que l’on sent qu’il y a tout de même une certaine liberté de ton. Les communautés LGBT+ y sont très actives et c’est agréable de voir à quel point cette génération est réellement formidable. Je ne peux qu’inviter les personnes avec un âge avancé d’y jeter un regard curieux. Parce que l’avenir de notre société est là. Selon moi, il est important de ne pas perdre pied avec la réalité et des attentes des plus jeunes. Pour ça, TikTok reste un bon outil. Cette expérience m’aura rendu encore plus fier de cette jeunesse qui est bien plus militante qu’on ne pourrait le penser. Et si cette plateforme peut m’aider à ne pas devenir un vieux con ringard, je l’accepte volontiers.

Une belle opportunité pour les créateurs

Vous le savez, à Cogs.Me on aime les créateurs de contenu et TikTok est l’endroit rêvé pour eux. Vous pouvez montrer ce que vous faites et créer des liens avec la communauté. Cela peut être un véritable moteur d’engagements pour peu que l’on s’y investisse un peu. En tout cas, j’ai été assez surpris de l’accueil de la communauté malgré le fait que je ne sois pas particulièrement extraverti et que je n’ai pas l’habitude de la vidéo. Je pense sincèrement que c’est un bel endroit pour se faire connaitre si vous avez des choses à proposer.

En tout cas, pour ma part, je vais continuer à explorer TikTok. Il y a là tout un vivier de personnes très intéressantes même s’il faudra faire un peu de tri, au moins au début. Tout n’y est pas rose, c’est évident et comme sur la plupart des réseaux sociaux il faut rester prudent et savoir prendre du recul, cette plateforme a ouvert une boite de Pandore, selon moi. Cette génération avait besoin d’exister en ligne et de pouvoir s’exprimer. C’est exactement ce qu’a offert TikTok à cette jeunesse qui, plus que jamais, a besoin de se faire entendre.

Nous avons besoin de vous !Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager sur vos réseaux sociaux si vous voulez soutenir le site. Vous pouvez également regarder une publicité pour nous soutenir financièrement ou rejoindre notre page Tipeee.