The Last of Us part II : Haine en ligne

4
1405

[Cet article inclu de nombreux spoils]

Depuis quelques jours, The Last of Us part II est enfin disponible à la vente. Encensé par la presse, le nouveau titre de Naughty Dog a provoqué de nombreuses réactions de la part des joueurs. Entre sexisme, homophobie et transphobie, de nombreuses reviews critiquent sévèrement le jeu. Une belle illustration de la toxicité de la communauté gaming.

Ellie et Dina

Des personnages féminins et de l’homophobie

La plupart des jeux d’action de ces dernières décennies mettaient en scène des hommes bodybuildés, capables de prouesses physiques hors du commun. Si on peut évoquer la vision déformée de la masculinité, il faut bien avouer que les héroïnes étaient plutôt rares (lorsqu’elles n’étaient pas carrément sexualisées). The Last of Us part II a donc fait le choix de mettre en scène Ellie, issue du premier opus de la franchise. Une bonne idée tant le personnage avait de la profondeur. On y découvrira également un amour naissant avec Dina, un autre personnage féminin, tout aussi intéressant.

Il n’en fallait pas moins pour que les premières reviews négatives pointent le bout de leur nez, bien avant la sortie du jeu. Aidé par une fuite de données qui avait divulgué de nombreux arcs narratifs du jeu. Des réactions issues de communautés d’extrême droite qui dénonçait là, une propagande LGBT+. S’il ne fait aucun doute que ces personnes ont probablement des problèmes avec leur propre sexualité, des notes de 0/20 ont commencé à apparaître ici et là. Bien entendu, il s’agissait de descendre The Last of Us part II pour des raisons politiques.

Transphobie à côté de la plaque

Dans les nombreux leaks diffusés avant la sortie du jeu, nous avons aussi découvert le personnage de Abby. Une nouvelle venue dans la saga et dont le caracter design a, semble-t-il, quelque peu désarmé bon nombre de masculinistes incapables de comprendre que, oui, une femme peut être musclée. Un physique totalement raccord avec l’histoire puisqu’elle intègre un groupe armé dans le jeu. Le contexte difficile du récit participe aussi a cet envie d’être forte. La survie est essentielle dans cet univers. Si on peut noter la présence du personnage de Lev, effectivement transgenre, il reste un personnage secondaire plutôt bien intégré dans l’univers du jeu.

Alors que personne n’avait encore mis la main sur le jeu, de nombreuses rumeurs autour de la transidentité d’Abby se sont rapidement propagées sur le web. De quoi agacer bon nombre d’hommes qui ont aussi publié des reviews négatives. Négativité qui émerge bien de groupes masculins. On apprendra, à la sortie du jeu, qu’Abby est réellement une femme et que son physique aura tout simplement dérouté quelques personnes manquant probablement de confiance en eux. C’est quand même très fragile un homme, vous ne trouvez pas ?

The Last of Us part II - Abby

Courage scénaristique et ouin ouin

Si la première partie du jeu nous permet de retrouver Ellie et Joel, l’histoire prendra une direction qui a choqué bon nombre de joueurs. En effet, nos personnages préférés trouveront la mort dans des circonstances assez violentes. Une violence largement en mise en avant lors de la campagne marketing de The Last of Us part II. Un twist scénaristique qui tranche carrément avec tout ce que l’on a pu voir dans le jeu vidéo ces 30 dernières années. Alors évidemment, si un second épisode d’une telle franchise fait le choix de proposer de la nouveauté, il fallait s’attendre à ce que des grincheux viennent se plaindre.

Je commence à me demander si cette franche de la communauté gaming souhaite juste qu’on leur sert la même soupe dans tous les jeux. Sincèrement, si le changement vous insupporte, il y a un FIFA qui sort chaque année. Alors oui, cette direction choque et c’est tant mieux. Devrait-on rester impassibles devant un jeu ou doit-il provoquer des émotions ? Même si elles nous déplaisent, ces émotions participent grandement à l’immersion dans un univers virtuel. Et si ces hommes qui critiquent The Last of Us part II sur ce point avaient juste peur de leurs sentiments ? Les masculinistes sont peut-être plus fragiles que ce que l’on croyait ?

Ellie et Joel

Review bombing et changement de ton

Ces derniers jours, la plupart de ces reviews ont été supprimées au fur-et-à-mesure. En effet, les notes de 0/20, c’était un peu trop gros pour que ça passe. D’ailleurs la plupart de ces notes émergeaient de comptes créés uniquement dans ce but. On a aussi pu apercevoir des joueurs Xbox venir poser leur review négative. Autant dire que la plupart de ces critiques sur les sites spécialisés ne sont là que pour faire baisser la note des joueurs. Rares sont celles qui sont légitimes.

Le ton de ces spams a changé ces dernières heures. Afin de paraître plus légitimes, des groupes d’hommes ont décidé d’attribuer des notes de l’ordre de 5/20. Ne vous y trompez pas, il s’agit des mêmes personnes qui publiaient des reviews avec des 0/20. Avec un minimum d’esprit critique, vous comprendrez qu’il y a beaucoup de mauvaise foi là-dedans. Il y a aussi tout un effet de meute bien connu de notre forum préféré. C’est cool d’avoir le même avis que ses copains, une manière de s’intégrer, j’imagine.

Le meilleur jeu de cette fin de gen

The Last of Us part II n’est certainement pas parfait mais très clairement les notes des joueurs que l’on trouve sur les sites spécialisés ne sont fondées sur rien si ce n’est sur de la haine et de la mauvaise foi. Oui, le titre a fait des choix qui peuvent dérouter et c’est justement pour ça que c’est un bon jeu. On ne peut pas rester de marbre face à cette histoire qui a le courage de proposer quelque chose de différent. Un décalage bien venu dans une industrie formatée. Se plaindre de l’introduction d’idées politiques dans ce média, c’est aussi refuser qu’il devient plus mature et plus intelligent. Encore une fois, si tout cela vous dérange, FIFA sera plus adapté à votre sensibilité.

Si on peut discuter de l’indépendance des sites de jeux vidéo et des notes allant de 19 à 20/20, le fait est que ce jeu mérite largement plus qu’une note juste au dessus de la moyenne. Pour ma part, je pense qu’on pourrait aller plus loin et se poser la question de la légitimité des notes sur les œuvres artistiques. The Last of Us part II est un excellent jeu qui tranche fortement avec la masse des productions de l’industrie. Il introduit des personnages originaux et une histoire qui joue avec nos émotions. Le premier épisode était tout aussi riche que cette suite de ce point de vue.

Que cela plaise ou non à cette poignée de haineux, The Last of Us part II est en train de marquer l’histoire vidéoludique et on ne peut que vous inviter à vous le procurer au plus vite. Il faut soutenir ce genre d’initiatives et encourager les studios à sortir des sentiers battus. Les chiffres de vente étant largement à la hauteur des attentes, on se dit que c’est peut être le genre de jeux qu’une grande partie des joueurs aimeraient avoir entre les mains plus souvent.

4 Commentaires

  1. Tu n’as pas peur de t’en prendre plein la gueule avec cet article ? Quand les mascus vont tomber là-dessus…

  2. Ecoute, les insultes et les menaces de mort c’est un peu mon lot quotidien. J’imagine que pour beaucoup de ces mecs, ça reste difficile d’avoir un esprit critique et un peu de retenu sur ces sujets qu’ils ne maîtrisent pas, de toute évidence.

    Et puis fermer sa gueule, ça n’est pas la solution. Il faut parler de cette toxicité dans le milieu gaming. C’est encore plus vrai avec les récentes histoires qui sont sorties sur les réseaux sociaux ces derniers jours…

  3. Ca serait bien aussi qu’un site comme jvcom réagisse et parle du phénomène. J’ai vraiment l’impression qu’ils ne font rien pour recadrer leur communauté.

  4. Disons que ce genre de “polémiques” ça draine un trafic dingue. Ma main à couper que la page des reviews utilisateurs fait partie des pages les plus vues de leur site en ce moment. Entraînant, de fait, un nombre d’affichage de publicités tout aussi important.

    Ils ont tout de même publié une actu sur la question mais évoquent essentiellement Metacritic : http://www.jeuxvideo.com/news/1244769/the-last-of-us-part-ii-entre-histoire-viscerale-et-review-bombing.htm

    Mais, clairement, il y a un gros travail d’éducation à faire sur leurs forums.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here