Le genre narratif pour découvrir une autre facette du jeu vidéo ?

0
28737

Ces 20 dernières années, le jeu vidéo a beaucoup évolué et propose désormais de multiples expériences. Pour les joueurs acharnés, les titres qui demandent des réflexes et de la dextérité ne manquent pas. Sur mobile, on trouve aussi bon nombre de petits jeux tout aussi intéressant qui permettent de passer le temps dans les transports ou dans les toilettes. Pendant ce confinement, ce divertissement a été l’un des plus prisé par les Français. Au point même que certains ont même délaissé les plateformes de streaming comme Netflix.

Tell Me Why

Des jeux pour tous !

S’il y a un tel engouement autour du jeu vidéo, ça n’est pas pour rien. La force de ce média, c’est probablement l’interactivité qu’il propose et on ne reste plus inactif devant son écran. Le simple fait d’incarner un personnage implique beaucoup plus que de regarder une simple série ou un film. En terme d’émotion, les effets peuvent être réellement décuplées lorsque l’on s’immerge dans ces univers virtuels.

Evidemment lorsque l’on n’est pas forcément habitué à jouer, certains titres peuvent sembler complexes à appréhender et contrôles peuvent être difficiles à comprendre. Toutefois il existe un genre qui permet au grand public de découvrir le média de manière plus « détendue ». Il s’agit des jeux narratifs qui, en gros, sont des films interactifs qui offrent la possibilité aux joueurs de faire des choix qui changeront le fil de l’histoire. Un genre qui permet une certaine rejouabilité puisque vous pourrez recommencer et choisir une autre voie.

La France leader du genre

S’il existe un quantité assez astronomique de jeux dans ce genre, j’ai décidé de vous parler des plus populaires et, de mon point de vue, les mieux écrits en terme de narration. Les studios français de Dontnod Entertainment et Quantic Dream ont réellement apporté quelque chose dans l’industrie du jeu vidéo. De l’autre côté de l’Atlantique, on trouve aussi Telltale Games qui s’est aussi spécialisé dans les jeux narratifs.

On parle souvent d’exception culturelle française et le jeu vidéo n’échappe pas à la règle. Rares sont les titres qui abordent des sujets sociétaux en profondeur et choisir le genre narratif est bon moyen de toucher des joueurs qui ont plus besoin d’une belle histoire que de difficulté et en cela, les studios français sont très doués. Dans un secteur où les géants sont américains ou japonais, ces studios apportent réellement un vent de fraicheur au média.

Telltale Games

Pour commencer, j’aimerais vous parler des productions de Telltale Games, un studio californien qui depuis de longues années propose des jeux avec une direction artistique reconnaissable entre mille. Avec un style « comics », leur spécialité ce sont surtout les adaptations de licences populaires en jeux narratifs. On peut citer en vrac : The Walking Dead, Batman, Game of Thrones ou encore Jurassic Park. Si la qualité de ces titres peut être variable, dans l’ensemble cela reste de bonnes expériences. Une quantité de licences qui aura bien failli coûter la vie de ce studio à force de trop s’éparpiller.

Pour moi, il s’agit surtout de jeux destinés aux fans de ces licences car ils ne méritent pas tous forcément votre temps. Toutefois si une licence vous plait, c’est un bon moyen de replonger dans les univers que vous appréciez. Disons que l’on parle plus de produits dérivés ici.

Toutefois, Telltale Game, ce sont aussi des créations originales et, selon moi, The Wolf Among Us reste l’un de leur meilleur titre. Un univers génial dans lequel se mélangent les genres des contes de fées et des polars. Vous y incarnerez Bigby Wolf qui va enquêter sur une série de meurtres qui semblent uniquement toucher les personnages des fables. Un pitch original pour une histoire qui l’est tout autant. Si vous ne devez n’en faire qu’un de ce studio, ce serait celui-ci. Le scénario est réellement prenant et on très envie de comprendre ce qui se passe à Fableville.

Dontnod Entertainment

Quand je parlais d’exception culturelle française, Dontnod Entertainment est le parfait représentant de ce qui peut se faire de mieux dans le genre. Si la plupart de leurs titres se tiennent dans un monde cohérent et qui ressemble beaucoup au nôtre, la petite dose de fantastique permet de bien servir une narration aux petits oignons. Il me serait bien difficile de vous recommander l’un de leur jeu plus qu’un autre. C’est pourquoi je vous invite vivement à tous les essayer.

La séries des Life is Strange est un incontournable. Plutôt axé sur des thématiques autour de l’adolescence, ces jeux abordent des sujets graves comme le harcèlement scolaire, le viol, la drogue ou le suicide. Des questions qui peuvent tourmenter les jeunes adultes mais le média permet de mettre en lumière certains problèmes qu’ils peuvent rencontrer de manière ludique. Si vous avez des enfants, c’est peut être un moyen d’engager de dialogue avec eux sur ces thématiques qu’il est parfois difficile d’aborder au quotidien.

Tell Me Why est aussi très intéressant puisqu’il aborde le deuil mais aussi la transidentité. Autant le dire tout de suite, ça n’est pas le genre de chose que le média nous a habitué et quoi de mieux qu’un jeu narratif pour prendre le temps de pénétrer ces sujets qui peuvent être parfois sensibles. Une histoire poignante et des personnages très attachants vous donneront envie d’aller jusqu’au bout. Pour moi, c’est l’un de leur meilleur jeu mais j’insiste pour que vous les fassiez tous, celui-ci m’aura particulièrement convaincu mais cela reste très subjectif.

Le titre Twin Mirror reprend quelques ficelles de Tell Me Why notamment la capacité à revivre des souvenirs pour faire avancer l’enquête et l’histoire. Un peu moins original en terme de gameplay, la narration reste tout de même intéressante et on est vite pris par les évènements qui nous sont racontés. Pour moi, il est un peu en dessous de ce que Dontnod Entertainment nous avais habitué mais il reste très prenant.

Quantic Dream

Encore un autre studio français, dirigé de main de maitre de l’insupportable David Cage (mais que l’on aime bien quand même), Quantic Dream s’est aussi fait une spécialité dans le jeu narratif. La différence ici, ce sont les budgets alloués à ces titres. On parle de très gros jeux qui nécessitent des années de développement. On est sur du blockbuster et plus orienté grand public. Si les thématiques abordées restent intéressantes, on est très loin de la certaine indépendance d’un Dontnod Entertainment. Une chose est certaine, à chaque fois c’était une claque technique.

Les premiers titres de Quantic Dream ont un peu subit le poids des années et s’ils restent intéressants à parcourir pour sa culture. Selon moi, il est important de citer The Nomad Soul qui proposait une expérience assez étonnante pour son époque. Fahrenheit (Indigo Prophecy) est, de mon point de vue, encore pertinent aujourd’hui d’autant plus qu’un remaster est désormais disponible.

Heavy Rain a probablement été le premier titre qui m’a fait reconsidérer le média jeu vidéo. Des personnages très profonds et une histoire très haletante vous donneront, là aussi, envie d’aller jusqu’au bout. C’est probablement la production la plus sombre du studio et en cela, c’est une vraie réussite. L’ambiance, la direction artistique et la narration nous plonge dans cette sordide histoire d’enlèvement dont les multiples dénouements incitent le joueur à refaire une partie. Un incontournable, selon moi.

Avec Beyond: Two Souls, on s’attaque au fantastique en incarnant Jodie Holmes interprété par mon gars sûr Elliot Page. Au casting, on retrouve aussi l’incroyable Willem Dafoe. La promesse ici, c’est de comprendre ce qui se passe après la mort. Pour moi, ça n’est pas leur meilleur titre mais l’introduction d’un second joueur via une application mobile était un apport intéressant au gameplay. Toutefois, la présence de ces acteurs relève beaucoup le niveau et participe à l’immersion dans cette histoire qui reste passionnante.

Depuis toujours soutenu par PlayStation, le studio Quantic Dream est une opportunité pour le constructeur d’avoir sa petite démo technique sur ses machines. Detroit: Become Human n’échappe pas à la règle et en met plein la vue. Bien que j’ai une réelle affection pour Heavy Rain, ce titre rassemble ce que sait faire de mieux le studio et pousse le concept un peu plus loin notamment en terme de narration « dynamique ». En effet, les différents chapitres de l’histoire peuvent être parcourus dans une échelle de temps qui vous montre ce que vous avez pu rater ou les différents embranchements possibles. Un outil pertinent qui permet de refaire le jeu d’une autre manière afin d’accéder à des scènes et des fins alternatives. Le thème de l’intelligence artificielle, ô combien d’actualité, y est abordée sans trop de chichi mais permet de découvrir cette facette technologique et les différents questionnement sur l’Humanité que cela peut entrainer.

Il était un fois…

Raconter des histoires, le jeu vidéo sait le faire. Ca n’est pas toujours évident lorsque les budgets sont alloués au gameplay ou à la technique. Ces studios se sont fait une spécialité de ce genre et ont beaucoup appris ces dernières années. De quoi se réjouir quant à l’avenir des jeux narratifs sur nextgen. Des outils comme l’Unreal Engine (utilisé par Dontnod Entertainment notamment) permettent aux développeurs de se concentrer essentiellement sur l’écriture, une chose qui n’est pas toujours simple lorsque l’on est indépendant. Avec l’évolution de ces outils, il ne fait aucun doute qu’encore plus de réalisme sera apporté dans ces jeux dans quelques années.

Parce que la technique peut être importante lorsque l’on a besoin de faire passer des émotions Humaines. La qualité des graphismes actuels permet de dessiner des expressions sur les visages mais il persiste toujours cette fameuse uncanny valley qui peut briser l’immersion, parfois. Aucun doute que les nouvelles technologies qui vont arriver très bientôt vont corriger ces petits défaut et pousser le joueur à encore plus se questionner sur des sujets délicats. En tout cas, l’avenir du jeu narratif semble très réjouissant.

Amateur de pop culture depuis toujours, j'aime les jeux vidéo, le cinéma, les animes et les manga. J'écris sur Internet depuis plus de 20 ans.