La PlayStation 5 pourrait-elle être décevante ?

0
12

Après une conférence virtuelle et soporifique de la part de Mark Cerny, Sony a dévoilé quelques détails sur sa prochaine machine de salon. Si l’attente était grande, ce choix de proposer une communication pour les développeurs était-elle réellement pertinente ? Et qu’a-t-on réellement appris ?

PlayStation 5

Des spécifications

Si les plus courageux d’entre-vous on regardé la dernière conférence PlayStation, vous en aurez appris un peu plus sur son fonctionnement et quelles seraient les outils qui aideraient les développeurs à porter leurs jeux sur cette plateforme. Les retours semblent être réellement positifs sur ce point. Il devrait être relativement simple de convertir et produire des jeux pour la PlayStation 5. Un bon point pour la firme. On se souvient de la débacle de la PS3 qui était beaucoup trop complexe, à l’époque.

On sait désormais ce qu’elle aura sous le capot. On parle donc d’un CPU avec 8 coeurs cadencés à 3.5Ghz (Zen 2), d’un GPU à 10,28TFlops. Elle embarquera également 16Gb de RAM GDDR6 et, enfin, un lecteur de BluRay 4K UHD. Si les fanboys s’amusent à comparer le nombre de TFlops avec la Xbox Series X (annoncée à 12TFlops), c’est oublier que le GPU utilise l’architecture RDNA 2 et un SSD capable d’atteindre des vitesses jusqu’à 448Gb/s. Autant dire que ce “manque” de performance sera très largement compensé par sa rapidité d’exécution. Ce qui promet des exclusivités qui peuvent, potentiellement, être assez révolutionnaires. Bien entendu, le Ray-Tracing sera aussi de la fête.

Rétrocompatibilité

Mark Cerny l’a bien confirmé, la PS5 sera capable de lire tous les jeux PS4. D’après lui, ils auraient testé les 100 jeux les plus populaires sur la machine et ça fonctionnerait parfaitement. S’il est probable que quelques titres “exotiques” puissent avoir des soucis techniques, il a promis que la compatibilité serait affinée au fil des mises à jour de la machine. Une bonne chose qui permettra la transition vers la nouvelle génération de manière assez souple pour les joueurs qui pourront finir leurs titres PS4 sur cette nouvelle console, en attendant les jeux next-gen.

Si les rumeurs et l’attente étaient très fortes autour d’une rétrocompatibilité totale, aucune annonce de ce côté là. On ose espérer que l’on aura quelque chose à se mettre sous la dent dans les mois à venir. En effet, si cela fait plus de 25 ans que je suis fidèle à cette marque, je dois bien avouer que, pour la première fois, je me demande si Xbox ne propose pas là une machine beaucoup plus pertinente. Non seulement en terme de hardware mais aussi en terme de jeux suite au rachat de très nombreux studios qui vont proposer des titres tout à fait alléchants. Typiquement, Senua’s Saga: Hellblade II fait très envie. On notera aussi que Sony n’a encore rien montré des jeux qui accompagneront la sortie de la PS5.

De la hype à la déception

Plutôt silencieuse ces derniers temps, la marque PlayStation est discrète. Trop. A quelques mois du lancement, les fans commencent à s’impatienter. Il est probablement temps de dévoiler ce qui fera la différence car, pour le moment, rares sont ceux qui sont réellement emballés par cette machine. Si l’aspect technique est assez séduisant et promet de belles choses, c’est surtout au niveau des fonctionnalités que l’on attend des informations. Le retour aptyque de la manette devrait être intéressant mais c’est encore de l’ordre du gadget et il y a fort à parier que peu de développeurs l’utiliseront. On cherche d’ailleurs toujours l’intérêt du pavé tactile de la DualShock 4.

Une interface plus ergonomique, une vraie rétrocompatibilité et des services en ligne solides et attractifs, voilà ce que l’on attend réellement. On ne va pas se mentir, en terme de hardware, la PS5 et la Xbox sont au coude-à-coude. Ces deux consoles se valent largement, reste à savoir qui frappera le plus fort. Avec le Xbox Game Pass, la firme de Redmond a fait très fort, la machine est d’ailleurs totalement rétrocompatible. Il serait intéressant que Sony réalise que les collectionneurs et les amateurs de rétrogaming sont ceux qui consomment le plus de jeux vidéo et bouder cette petite niche pour espérer faire quelques ventes en dématérialisé, serait une erreur, selon moi. Depuis toujours, PlayStation est une marque qui parle aux joueurs. Malheureusement, il semblerait qu’elle parle désormais aux actionnaires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here