La communauté gaming est toxique

0
63

Alors que le média jeu vidéo est en train de devenir un part non négligeable du spectre de la culture, l’ambiance qui règne dans la communauté de joueurs n’est pas forcément très positive. Longtemps considéré comme un divertissement “de mecs”, le gaming est, aujourd’hui, la cible de nombreuses critiques, toutes justifiées.

Gamers

Sexisme ordinaire

D’aussi loin que je me souvienne, le jeu vidéo n’était pas une chose qui se destinait aux femmes dans l’inconscient collectif. Rapidement, les constructeurs de consoles et les publicitaires ont ciblé ce stéréotype de l’ado boutonneux enfermé dans sa chambre qui passe son temps à jouer à Call of Duty. Bon nombre d’encarts publicitaires jouaient de ces codes dans les magazines papiers de l’époque. Il n’était pas rare de trouver une photo d’une bimbo avec des gros seins pour faire la promotion d’un jeu. Dans la tête des marketeux (et encore de nos jours), le joueur est un beauf. Si le ton a changé ces dernières années, ces clichés ont longtemps entretenu cette idée que le jeu vidéo est un divertissement pour les hommes.

Un personnage comme Lara Croft avait été imaginé avec une opulente poitrine pour séduire ce public. On ne peut que saluer l’évolution de cette héroïne dans les opus les plus récents de cette franchise. Des titres imaginés par des hommes et pour des hommes. Il n’est donc pas étonnant que les personnages masculins, quant à eux, soient aussi des stéréotypes de masculinité, virils et musclés. D’autres clichés qui ne font qu’alimenter cette culture masculiniste nauséabonde. Des idées qui peuvent toucher la cible majoritaire des 18-25 ans qui n’ont pas forcément encore tous les codes autour de ce sexisme très ancré dans notre société.

Communautés en ligne

Avec l’avènement de l’Internet, les communautés de joueurs se sont d’abord rassemblés sur les newsgroups puis sur le web avec les forums qui deviendront vite des lieux d’échanges. En France, c’est jeuxvideo.com qui a su attirer l’ensemble du public dans cet espace de discussion. Probablement l’un des plus gros forums Européen traitant de l’univers gaming. Majoritairement composés d’hommes, une espèce d’entre-soi s’est installé. Dans la plupart des discussions, les femmes en étaient exclues. Si de nos jours, elles sont de plus en plus nombreuses à s’exprimer, les forums ont longtemps été des espaces très masculins ne laissant pas la place aux points de vue féminins. Cette culture masculiniste est devenu un sorte de normalité malsaine en invisibilisant ces femmes.

Une culture que l’on retrouve maintenant dans les jeux en ligne. La plupart des femmes jouant en multijoueurs vous le diront, toutes ont déjà été victimes de remarques sexistes et de harcèlement de la part de ces communautés connectées. Difficile, donc, pour elles de s’intégrer dans ces groupes d’hommes. La carte du “c’est pour rire” qu’on nous ressort à toutes les sauces ne tient pas car ces commentaires désobligeants sont systématiques et perpétuels. Oui, les gamers sont toxiques et il reste très important de travailler, ensemble, à changer les choses. Même si c’est votre meilleur pote qui fait une mauvaise blague, il faut le remettre à sa place. N’hésitez pas non plus, à signaler ces comportements qui n’ont pas leur place dans le jeu vidéo.

L’industrie touchée

Il y aura un après #MeToo et les voix dans l’industrie commencent à s’élever contre cette culture machiste. L’excellent papier d’Erwan Cario et Marius Chapuis à ce sujet chez Ubisoft est assez édifiant. Des comportements très malsains qui sont devenus normaux avec le temps. Comme si c’était normal qu’un homme soit sexiste puisqu’il est un peu geek. Bien qu’il semble que l’industrie réponde à ces agissement à base de communiqués de presse, il semble nécessaire de faire un peu le ménage dans ce secteur et de changer ces cultures d’entreprise où les femmes peinent encore à trouver leur place.

Parce qu’il est tout aussi essentiel que les femmes participent à cette industrie qui ne doit plus véhiculer ce genre de messages. Le jeu vidéo a de plus en plus de choses à nous raconter, au même titre que la littérature, le cinéma ou la musique, il parait donc indispensable que le regard féminin soit pris en compte. D’autant plus qu’elles sont de plus en plus nombreuses à pratiquer ce divertissement. Ce média se doit d’évoluer et vite. L’inclusion des diversités est, elle aussi, indispensable. Les retours négatifs sur The Last of Us part II me font dire que le problème est bien plus grave qu’il n’y parait et qu’il y a dans la communauté gaming une véritable culture de la haine.

Twitch et réseaux sociaux

Le streaming n’est pas épargné par ce masculinisme ambiant. Quelques Twitcheurs se sont déjà fait épingler mais certains sont toujours en activité et n’hésitent pas à faire des mauvaises blagues sur les femmes quand il ne s’agit carrément pas de démolir le féminisme à coup d’arguments de comptoirs. Souvent suivis par des audiences relativement jeunes et influençables, les cas de harcèlement par les communauté de ces streameurs sont trop nombreux. Certains de ces entertainers sont très influents et continuent à balancer des vannes douteuses sur les femmes et/ou le féminisme. Ce n’est plus drôle dans un contexte où, justement, les femmes durcissent le ton sur ces comportements qui n’ont plus leur place dans notre société et sur Internet.

“Tous les hommes ne sont pas comme ça”, certes mais on parle ici de la majorité d’entre-eux. Que ce soit de manière consciente ou pas, le machisme est intégré dans notre éducation depuis toujours, cela demande probablement un petit effort intellectuel pour déconstruire ce genre de choses mais il reste très important d’écouter ce que les femmes et les minorités ont à dire. Si des millions de personnes à travers le monde s’élèvent contre ça, c’est qu’il y a peut être quelque chose qui ne va pas, vous ne pensez pas ? Une chose est certaine : ça suffit !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here