J’ai été voir Alita: Battle Angel

0
20

« Dragon Bal Evolution » est le maître étalon de tout ce qu’il ne faut pas faire lorsque l’on adapte un manga au cinéma. La vérité, c’est que l’ombre de ce film plane toujours au dessus de nos têtes quand une franchise comme Gunnm fait son apparition dans les salles obscures. Philippe Lacheau en a fait les frais pour « Nicky Larson et le Parfum de Cupidon » avant de recevoir des critiques plutôt positives à la sortie du film.

Alita: Battle Angel

On a peur, toujours. C’est tellement complexe d’adapter ces personnages dans des longs métrages puisqu’ils n’existent qu’à travers de longues histoires que l’on ne peut que découvrir en lisant les mangas. Un exercice d’autant plus difficile, qu’une armée de geeks enragés est toujours prêtes à défendre les œuvres qui ont bercé leur culture. Cette peur, je l’ai eu avant d’entrer en salle. Les Américains ont cette capacité à vouloir s’accaparer la culture nippone, pas toujours avec élégance.

Dès les premières minutes, on est vite rassuré. L’univers colle plutôt bien à ce que voulait nous montrer le manga. On reconnait parfaitement cet univers post-apo et les visuels sont vraiment très réussi. Bien qu’édulcoré, l’ensemble est vraiment réussis. On regrette juste un peu que le gore soit passé à la trappe. Un gore qui avait du sens dans un monde où tout le monde est devenu plus ou moins mécanique. Le sang avait vraiment une place centrale dans l’oeuvre original, pour ça, c’est un peu dommage.

Lors des premières diffusions du trailer, les yeux d’Alita avaient bien fait causer la communauté. Pour le coup, c’est très justifié et au delà de la performance technique, ce physique atypique sert la narration. C’est une bonne surprise et les expressions faciales et les gestuelles de l’actrice Rosa Salazar sont très bien rendues à travers son avatar virtuel.

Si, bien évidemment, le film prend des libertés par rapport au manga, j’ai le sentiment que c’est plutôt l’OAV qui a grandement inspiré le réalisateur. L’histoire est tout de même assez fidèle et il faut bien avouer qu’on ne s’ennuie pas une seule minute. Les combats ainsi que le motorball sont extrêmement bien foutus. De ce côté là, c’est le plus bel hommage auquel on pouvait s’attendre. Les CGI permettent des petites mises en scène très cool et ça fait du bien de voir un peu de renouveau.

Pour moi, le seul aspect un peu raté, c’est cette histoire d’amour pas franchement pertinente par moment mais j’imagine que c’est un effort pour nous attacher au personnage de Hugo, interprété par Keean Johnson. Si vous connaissez le manga, vous comprendrez aisément pourquoi le réalisateur a voulu ça. Peut être aurait-il fallu s’attarder un peu moins sur cette amourette. La ville d’Iron City est un peu trop vivante à mon gout. Ça ressemble à une sorte de ghetto où il semble faire bon vivre (relativement), avec ses commerces et ses habitants. Dans le manga, cela m’avait paru un peu plus « crade » et malfamé.

Honnêtement, on est passé à deux doigts du chef d’oeuvre. C’est un excellent film pour tous les amateurs de SF et de Gunnm. Le cliffhanger de bâtard à la fin semble indiquer qu’il y aura une suite. « Alita: Battle Angel » semble recevoir un bon accueil et il est plus que probable que l’on aura enfin le droit à une adaptation de la suite des aventures de Gally… Heu… Alita.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here