Comment émuler les jeux PS1, PS2 et PS3 ?

0
37

C’est désormais plus ou moins officiel, la PlayStation 5 ne sera pas totalement rétrocompatible. Un choix de la part de Sony qui a grandement déçu une grande partie des joueurs fans de la marque. Avec un parc de machines de plus en plus vieillissante, rejouer aux titres des générations précédentes risque de devenir de plus en plus complexe. C’est pour cette raison que l’émulation reste la seule solution envisageable.

Émulation PlayStation

Création d’image de disque

Bien que certains émulateurs sont en mesure de faire tourner les jeux directement depuis le disque original, certains autres vous demanderont d’utiliser des fichiers image. Il existe plusieurs formats que l’on retrouve communément comme les .ISO ou les .IMG. Si l’extension change, leur utilisation est plus ou moins la même. Il s’agit de générer un fichier unique à partir d’un disque. C’est aussi une solution intéressante pour archiver vos jeux et d’éviter de les sortir de leurs boites, facilitant aussi leur accès directement depuis votre PC.

Pour ce faire, rien de plus simple. S’il existe de nombreux outils de création d’image disque, je ne peux que vous recommander le très bon ImgBurn qui est gratuit et très complet. Vous pouvez le télécharger directement depuis le site officiel du soft. Vous pourrez également y retrouver des packs de langues dont le français pour ceux qui ne parlent pas la langue de Jay-Z. Cet article n’a pas pour but d’être exhaustif, vous trouverez sur le web de nombreux tutos pour l’utiliser bien que son interface soit très claire.

Émulation PlayStation 1

Aujourd’hui, l’émulation de la toute première PlayStation fonctionne parfaitement bien. En développement depuis de longues années, l’émulateur ePSXe est probablement ce qui se fait de mieux. Il y en a d’autres mais, d’expérience, c’est celui qui propose le meilleur rendu avec un nombre minimal de bugs d’affichage. Si la communauté de développement ne semble plus être trop active, il fonctionne déjà parfaitement. A noter également que PCSX-Reloaded (utilisé dans la PlayStation Mini) est aussi très efficace mais peut être plus austère.

Il faudra vous rendre sur le site officiel de ePSXe pour télécharger ce logiciel. Encore une fois, la configuration peut être assez compliquée mais un assistant vous aidera à le faire au premier lancement. La plupart des options par défaut fonctionnent très bien. Toutefois il vous sera demandé de définir un BIOS qu’il faudra récupérer sur le web, de nombreux sites sur l’émulation vous permettront de le trouver. Ce genre de fichier contenant du code appartenant à Sony, leur légalité est sur la ligne rouge mais cet émulateur permet d’utiliser un BIOS HLE qui permet de s’en passer.

Émulation PlayStation 2

Avec sa seconde machine, Sony avait frappé un grand coup notamment grâce à l’Emotion Engine, un processeur très complexe qui a rendu son émulation très difficile. Ces dernières années, beaucoup de progrès ont été fait et s’il est loin d’être parfait, le projet PCSX2 est probablement le plus abouti. A la louche, je dirais que 70-75 % des jeux peuvent tourner sur cet émulateur. Des bugs peuvent être présent mais la communauté étant particulièrement active, le développement avance assez rapidement. Il en existe d’autres mais qui sont à l’état de prototypes.

Ne proposant pas d’alternative, le téléchargement d’un BIOS sera obligatoire pour cet émulateur. Vous les trouverez sans mal sur les nombreux sites d’émulations sur le web. La configuration est un peu plus chaotique que pour ePSXe mais si vraiment vous n’y arrivez pas, il existe de très nombreux tutos sur Internet ou YouTube. Dans l’ensemble, je n’ai pas rencontré de problème avec les titres populaires. Les jeux plus obscures auront peut être quelques soucis à fonctionner mais on peut espérer qu’à l’avenir tout cela sera corriger.

Émulation PlayStation 3

Voilà un sujet bien compliqué. La PlayStation 3 était un monstre de puissance. Son architecture très particulière et notamment son processeur CELL aura bien cassé la tête des développeurs à l’époque. C’est d’ailleurs pour cette raison que son émulation est un vrai challenge. Toutefois, le projet RPCS3 avance très bien et met à contribution les Internautes. N’hésitez pas à soutenir financièrement cet émulateur de manière à ce que les développeurs puissent y consacrer tout leur temps.

Là encore, un BIOS sera nécessaire et vous aurez besoin d’une machine très puissante pour arriver à obtenir des résultats intéressants. RPCS3 étant encore assez jeune, je dirais que la moitié des jeux PS3 peuvent être émulés. On est encore loin d’avoir un logiciel très optimisé mais c’est probablement le plus avancé. En terme de performance, il faudra une bonne carte graphique et un processeur très véloce. Les PC gaming nouvelle génération ne devraient plus avoir de problème à émuler les jeux de la PlayStation 3 mais le soft aura encore besoin de beaucoup de temps pour être totalement efficace.

DualShock 4 sur PC

S’il est possible d’utiliser la DualShock 3 sur un PC, je vais plutôt me concentrer sur la DualShock 4 qui est (plus ou moins) compatible sur PC. Si le pad est bel et bien reconnu sous Windows 10, Sony ne fournit aucun driver. Celui-ci est proposé par Microsoft et permet (en gros) au système de reconnaître la manette. Pour une utilisation optimale et pour obtenir toutes les options nécessaires à son bon fonctionnement, je vous recommande DS4Windows qui est le compagnon idéal de la DualShock 4.

Ce logiciel permet d’ajuster les contrôles, la sensibilité des joysticks et de gérer la couleur et l’intensité de la light bar. En bonus, le trackpad vous permettra de contrôler la souris de votre machine. Si c’est anecdotique, il est intéressant que cela soit proposé. Une nouvelle fois, si la configuration vous semble complexe, de nombreux tutos sur le web expliquent très bien comment procéder.

Patrimoine PlayStation

Je me suis déjà exprimé sur ma déception sur les choix de PlayStation concernant la rétrocompatibilité. La PlayStation 5 aurait pu être une machine pour tous les joueurs mais Sony ne semble pas vouloir aller dans ce sens et oriente sa politique vers le futur. C’est un choix discutable mais nous n’avons plus vraiment d’autres alternatives. Les machines avec un lecteur optique ayant tendance à mal vieillir, le parc risque de diminuer dans les années à venir et rejouer aux titres PS1, PS2 et PS3 va devenir de plus en plus complexe.

L’émulation semble d’ors et déjà la seule porte de sortie. De nombreux projets existent et il y a fort à parier que dans un avenir proche et avec la puissance de calcul qu’offriront les nouveaux PC, on devrait en mesure d’obtenir des résultats encore plus convaincants voir même des performances plus élevées que sur les machines originales. Des émulateurs PlayStation 4 commencent déjà à pointer le bout de leur nez. Si on en est pour le moment à des versions assez expérimentales, aucun doute que dans les années à venir il sera tout à fait possible de jouer aux titres de cette machine. D’autant plus que les architectures x86 vont grandement faciliter le développement.

Encore une fois, on regrette que la marque PlayStation tourne complètement le dos aux passionnés qui sont probablement ceux qui consomment le plus de jeux. L’émulation est une bonne solution mais l’effet collatéral est bien évidemment le piratage, en fermant une porte, les utilisateurs en ouvre une autre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here